LES FLEURS DU CONFINEMENT (2e suite)

DSC_8796 copie copie
En ce moment en Normandie, les pommiers fleurissent. Celui ci vit à Argentan sur le site  des Fontaines. Situé au bord du fleuve l’Orne, ce lieu de promenade  permet aussi d’aller faire ses courses en vélo en évitant de passer en ville. Oiseaux, batraciens, lézards, arbres, c’est à quelques centaines de mètres du centre ville un endroit riche en bio-diversité.

QUARANTE SEPTIÈME JOUR DE CONFINEMENT!  SI LES HUMAINS SONT CONFINÉS, « DAME NATURE », ELLE, NE L’EST PAS. AUBÉPINE, BOUTONS D’OR, PISSENLITS, LILAS, POMMIERS, IRIS… EN CE PRINTEMPS SOLAIRE, DANS LES JARDINS, LES PRÉS, LES FORÊTS, LA VÉGÉTATION FAIT FLORÈS DE TOUTES SES FEUILLES ET SES PÉTALES.
SAURONT NOUS, « APRÈS », MESURER LA VRAIE VALEUR DE TOUT CELA?

Tant qu’il y aura des personnes confinées, nous continuerons cette série d’articles intitulée « Les Fleurs du Confinement ». Pour rappel, l’idée directrice est d’offrir des fleurs à ceux de nos concitoyens qui n’ont pas, comme nous, la possibilité de profiter tant d’un jardin que d’espaces de verdure accessibles à moins d’un kilomètre de leur domicile. S’il est bien une leçon à tirer de cette pénible période, c’est de mesurer à quel point, tous, y compris ceux qui prétendent ne pas aimer la nature, nous avons un réel besoin physiologique de ces lieux qui aèrent le regard, élargissent nos horizons tant physiques que spirituels.

DSC_8815
Sur le site des Pâtures à Argentan, la biodiversité est des plus étonnante. Cette fleur est celle de l’Alliaire Officinale ou Alliaria Petiolata, une plante comestible dont les feuilles se mangent hachées et dont les graines peuvent remplacer la moutarde. Cette crucifère (forme de la fleur) est de la même famille (les bracicacées) que le chou et la roquette.

«MOINS D’ANXIÉTÉ, DE DÉPRESSION ET DE STRESS…»
« Plusieurs études suggèrent que les espaces verts urbains sont associés à une meilleure santé auto-rapportée et diagnostiquée, un meilleur niveau d’activité physique, un moindre taux de mortalité, moins de symptômes psychologiques, moins d’anxiété, de dépression et de stress, et un niveau de cohérence sociale plus important. De plus, quelques études suggèrent que ces liens sont plus forts parmi les groupes de la population les plus désavantagés». Indique l’Institut National de Santé du Québec* dans un article web très documenté et faisant état de nombreuses études internationales européennes et américaines.

DSC_8997 copie
Lorsque l’Iris s’ouvre… Quel excellent antistress que de pouvoir contempler une telle beauté. Ce moment du début de la floraison de l’Iris (ici une variété cultivée dans notre jardin) ne dure que quelques heures avant que la fleur s’épanouisse pleinement.  Cette variété est assez répandue dans les parcs paysagés comportant des points d’eau. Encore faut-il pouvoir y accéder. Avec le confinement, beaucoup trop de personnes sont hélas privées du printemps.

Ce lisant, notre pensée va aux nombreux voisins du Parc Jean Moulin (Parc des Guilands) à Montreuil (93-Seine-Saint-Denis). Tous n’ont pas, loin s’en faut, un jardin personnel pour en compenser la fermeture. L’endroit étant entouré de plusieurs grandes cités, on peut se dire dans un premier temps, que compte tenu du nombre de personnes susceptibles de le fréquenter durant cette pandémie, le mètre minimum sécuritaire pourrait ne pas y être respecté. Vu sous cet angle, dans l’urgence, ce parc devait donc être fermé quitte à imposer un vrai supplice de Tantale aux personnes qui habitent les immenses immeubles qui le bordent et voient cet oasis inaccessible juste sous leurs fenêtres.

UTOPIE
Dans un second temps, une réflexion plus mature nous amène cependant à nous demander pourquoi il n’est pas plus grand, et pourquoi on a autant construit autour. Ce qui conduit aussi à réfléchir sur la nécessité de repenser les villes, d’y agrandir et multiplier ces espaces de nature indispensables à la santé publique. On peut même aller plus loin dans l’utopie en imaginant que l’on pourrait répartir la surpopulation de toutes ces villes dans toutes les petites agglomérations, de province qui se dépeuplent. Cela, bien sur, demanderait une réorganisation profonde de la société (production, commerce, transport, infrastructures de santé) et surtout une révision radicale de l’éducation et de l’instruction que l’on y propage actuellement.

VERS LE MONDE D’APRÈS ?

DSC_9028 copie copie
Vert… Le monde d’après?  C’est indispensable mais déjà les industriels, tout au moins ceux qui sont regroupés sous la bannière du MEDEF, demandent un moratoire sur les mesures environnementales.                                                                                                               https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-le-medef-souhaite-un-moratoire-sur-des-lois-environnementales_3930599.html

S’exprimant dans la presse, sur les radios, à la télévision, d’aucuns veulent croire qu’à la sortie de cette alerte qui paraît plus inquiétante encore que les précédentes (Tchernobyl, Fukushima, les incendies de Californie, d’Australie, d’Amazonie, d’Europe…) des changements forts s’amorceront. Que le monde d’«après» ne sera plus comme celui d’«avant». D’accord! Mais pour que cela soit, pour qu’enfin cesse cette fuite en avant vers la destruction de l’humanité, il va falloir « en un combat douteux** » vaincre bien des égoïsmes, des mégalomanies, des cupidités, des machismes même, et toutes autres sortes de maladies mentales dont sont affligés les maniaques du pouvoir et de la finance. Des maladies, l’histoire nous l’a appris, bien plus tueuses que le coronavirus. Comme nous le disons en Normandie lorsque la tâche paraît insurmontable « Eh ben bon d’lâ de bon souère ! Nos é point rendus! »***

 *https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1274_EspacesVertsUrbainsSante.pdf
** Titre d’un roman de John Steinbeck relatant une grève ouvrière dans les années 1930
*** Bon sang de bonsoir ! Nous sommes encore loin d’être arrivés !

 

 

Publié par

Pascal Girardin

Journaliste (rédacteur, reporter, photographe, secrétaire de rédaction) depuis 1995 (formation à l'EMI CFD), je suis entré dans cette profession grâce à trois passions directrices: la photographie, la littérature (histoire, philosophie,sociologie,poésie,roman) et le motocyclisme. Durant toute ma carrière de journaliste, effectuée au service des lecteurs du mensuel Moto Magazine (motomag.com), j'ai traité toutes sortes de sujets, du compte rendu de manifestations motocyclistes au reportage sportif, en passant par la défense des droits des motards et le rappel de leurs devoirs, des affaires juridiques et judiciaires, l'histoire de la moto, le tourisme et les tests de machines et de matériel. Et l'environnement alors? Et bien de la pollution liée à l'ensemble de l'activité motocycliste aussi, bien que de ce côté, la presse spécialisée moto fasse un travail d'information très insuffisant et manquant de d'objectivité. Quel photographe serait celui qui serait insensible à la beauté de la nature sous toutes ses formes? Quel randonneur motocycliste ou pédestre serait celui que ne choque pas la destruction ou la pollution des sites? la désertification des campagnes? Le déclin des centres villes ? Quel journaliste serait celui qui n'est pas avant tout citoyen?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s